Épitaphe

Posté par

Quand le poète Jean Passerat (1534-1602), enseignant titulaire de la chaire d’éloquence au collège des Lecteurs royaux, sentit venir la mort, il composa son épitaphe, pleine d’une confiance tranquille et touchante sur l’attente de la résurrection :

« Jean Passerat ici sommeille,

Attendant que l’Ange l’éveille :

Et croit qu’il se réveillera

Quand la trompette sonnera. »

J’aimerai avoir confiance, aussi fort que Jean Passerat, quand je m’endormirai pour le Grand Sommeil. On appelle ça la foi du charbonnier ; allez savoir pourquoi…

Souvent on la moque comme un manque d’intelligence ou de discernement, comme le fit Georges Brassens dans sa chanson “Le mécréant” :

« J’voudrais avoir la foi, la foi d’mon charbonnier,

Qu’est heureux comme un pape et con comme un panier. »

Mais (malgré mon affection et mon admiration pour le bon Georges) ces moqueries ne m’impressionnent pas. Je n’arrive pas à voir les personnes dont la foi est inébranblable comme des personnes à qui il manquerait quelque chose (de l’intelligence). Je les vois plutôt comme des personnes qui ont quelque chose de plus que les autres…

Illustration : La Résurrection de Luca Signorelli, à Orvieto.