Comme d’habitude

Posté par

Si on y réfléchit, c’est tout de même un petit
miracle que des changements existent dans nos vies !

Parce que quand on fait la liste de tous les obstacles
au changement, c’est vraiment impressionnant.

Il y a d’abord notre cerveau qui cherche à tout prix à éviter
les pertes plutôt qu’à obtenir des gains ; or, dans tout changement, il y
a bien sûr des pertes et des gains. 

Puis, la tendance à économiser notre énergie mentale et physique, et donc à préférer rester dans nos habitudes plutôt que d’affronter le stress et les efforts du changement ; or, beaucoup de changements, même agréables comme déménager, se marier, avoir un enfant, comportent des moments stressants, voire épuisants. 

Enfin, notre préférence pour ce qui est concret, et
facile à comprendre et à visualiser, plutôt que pour ce qui est
abstrait et virtuel ; or, par définition, le changement c’est souvent
lâcher quelque chose qui existe et que l’on connaît pour aller vers quelque
chose qui n’existe pas encore et que l’on ne connaît pas… D’où le proverbe
« un bon tiens vaut mieux que deux tu l’auras », et autres « il
ne faut pas lâcher la proie pour l’ombre ». 

D’où le fait que l’humain, même s’il s’en
plaint, est tout de même profondément attaché à ses petiteshabitudes

Ah, les
habitudes ! Ces petits freins au changement, discrets, familiers et
omniprésents…

Mais qu’est-ce
qui fait alors, malgré toutes ces capacités à l’inertie en nous, qu’est-ce qui
fait que les changements surviennent tout de même, et – fort heureusement –
bien plus souvent que nous ne le voudrions ?

D’abord, parce
que la vie nous bouscule, que les autres nous bousculent, et qu’on ne nous
demande pas toujours notre avis. Si nous étions consultés à chaque fois,
beaucoup de choses ne bougeraient pas !

Et puis, parce
que nos émotions nous sauvent. Je ne parle pas des émotions négatives, de nos
peurs et de nos craintes, mais de nos émotions positives : bonheur,
bien-être, confiance, curiosité, enthousiasme, bienveillance, sérénité, etc.
Chaque fois qu’elles nous visitent, elles nous ouvrent à la nouveauté, et le
changement devient attirant et motivant. Dans toutes les espèces animales, les
émotions fonctionnent ainsi : les négatives sont associées à la méfiance
et au recul, à la réticence au changement ; et les positives à la
confiance et à l’approche, à l’appétence pour le changement.

C’est pour cela que nous avons intérêt à changer
lorsque tout va bien et que nous sommes en forme et de bonne humeur ! Si nous
attendons le dernier moment, la crise et les difficultés, nous serons alors
sous perfusion d’émotions négatives, et le changement sera beaucoup plus
difficile et douloureux.

Et au fait, vous, quel
est le changement actuellement en chantier dans votre vie ?

Illustration : en Inde, quand ils sont de sortie, les éléphants ont pour habitude de se maquiller légèrement. Bon, je rigole mais j’espère que ce n’est pas trop pénible pour eux, tous ces falbalas…


PS : ce texte reprend ma chronique du 5 décembre 2017, dans l’émission de mon ami Ali Rebehi, “Grand bien vous fasse“, tous les jours de 10h à 11h sur France Inter.