Surchauffe cérébrale ?

Posté par


Un mail envoyé par mon cousin Gilles à propos d’une tranche de vie à laquelle il a assisté :

« Dans le TGV la semaine dernière, en haut, dans les sièges en carrés. 
Je suis installé pour travailler.
Un jeune étudiant s’installe juste en face de moi. Il écoute de la 
musique dans son casque, et sort son livre de maths pour réviser. Après 5 minutes, il sort un Rubik’s Cube (mélangé). De sa main 
droite, il le réalise en moins d’une minute, le livre de maths toujours dans la main gauche ; il le re-mélange, 
et le re-réalise 5 ou 6 fois. À chaque fois en une minute (il est au 
moins champion des Yvelines).
Cela ne l’empêche pas de réviser ses maths.


Puis il reçoit un appel téléphonique, car bien sûr, son i-phone fait 
les 2 : musique et téléphone. Tout en répondant à son ami, il 
réalise à nouveau 2 fois le Rubik’s Cube. Et poursuit la lecture de son bouquin 
de maths.


Avec mon voisin de gauche, on regarde ça, hallucinés. Moi qui 
n’arrive pas à ranger une paire de chaussette tout en répondant à une 
question de ma femme…


Bienvenue à la génération multi-tâches !
 »

En le lisant, les deux premières questions qui me sont venues à l’esprit furent : 1) j’aurais bien aimé savoir sa note en maths au contrôle suivant ; 2) est-ce qu’il arrive à bien s’endormir le soir, avec un cerveau en pareille surchauffe ?
Mais en racontant l’histoire à mes filles, j’ai vu que c’était des questions de vieux : rien dans cette histoire ne les étonnait. À part, tout de même, la vitesse de résolution du Rubik’s Cube