Être une star libérée (de l’ego), tu sais c’est pas si facile…

Pour moi qui m’intéresse depuis longtemps à ce grand sujet qu’est l’estime de soi, j’avoue que j’ai toujours été passionné par le rapport des stars à la célébrité…

Pour les avoir bien observées, parfois côtoyées, il me semble qu’elles se répartissent en 3 catégories : les plaintives, qui parlent volontiers des inconvénients de la notoriété, des fans qui les poursuivent et les dérangent ; les insatiables, qui surveillent l’effet que font leurs apparitions, et sont indignées quand on ne les reconnaît pas ; les réalistes, qui avouent volontiers que si le loyer de la célébrité, c’est être souvent abordé et dérangé par ses fans, c’est un loyer raisonnable, au vu de tous les avantages procurés par ailleurs.

Alors, c’est vrai aussi que la célébrité, ça complique un peu la vie. Je me souviens d’un déjeuner avec une star de la télé, qui me demanda aussitôt de lui laisser la place assise dos à la salle, pour éviter d’être reconnue. Ou de la nécessité de porter lunettes noires et casquette pour ne pas être arrêtés dans la rue tous les 10 mètres. Mais j’ai vu aussi des stars de cinéma passer parfaitement inaperçues, sans lunettes et sans casquettes, de par leur manière de s’habiller sobrement, et de se comporter discrètement.

En tout cas, ce qui est vrai c’est que la plupart des célébrités, à l’exception des quelques spécimens narcissiques, aspirent à passer inaperçues au quotidien, rêvent d’invisibilité, de calme, de silence

Parfois, mes lectrices et lecteurs, qui me prennent gentiment pour une star, me demandent comment je fais pour rester normal, alors que je suis connu. Ouh la la, mais il n’y a rien de plus simple. D’abord, je ne suis qu’une micro-célébrité, rien à voir avec les vraies stars.

Ensuite, je sais parfaitement que je ne suis pas du tout à la hauteur de ce que les gens imaginent de moi. C’est Christian Bobin, poète et star malgré lui, qui écrit : « L’homme dont on parle, quand on parle de mes livres, n’existe pas. » Eh oui, les stars sont toujours plus petites qu’on ne l’imagine : à la fois en taille (les études montrent qu’on pense les gens célèbres plus grands que la moyenne) et en psychologie (on a tendance à les idéaliser).

Et puis, il est clair aussi que la notoriété doit autant à la chance et au travail qu’au pur talent. Des gens talentueux, il y en a beaucoup. Et toute célébrité sait parfaitement qu’il y a des tas de personnes moins connues qu’elles alors qu’elles sont bien plus douées.

Mais la plus belle leçon que j’ai jamais reçue sur ces histoires, c’est Matthieu Ricard qui me l’a offerte.

Alors que nous donnions tous les deux une conférence, et que le présentateur de la soirée s’éternisait en éloges sur nous, je m’aperçois que mon Matthieu ferme les yeux pendant de longues minutes, durant tout le déluge de compliments.

Comme je lui demande après la soirée pourquoi il a fait ça, il me répond : « Parce que ça ne me concernait pas ! Tous ces compliments, je ne les mérite pas, ce sont mes maîtres qui les méritent, ce sont eux qui m’ont appris tout ce que je raconte aujourd’hui. Alors, les yeux fermés, je pensais à eux, je leur rendais hommage, je détournais les compliments sur eux… »

Eh oui, la gratitude reste un des meilleurs moyens pour éviter la boursouflure de l’ego.

Sinon, on peut aussi se rappeler ce qu’écrivait Proust à un collègue écrivain, Jean-Louis Vaudoyer : « Vous avez tellement de talent que vous mériteriez d’être méconnu. »

Illustration : notre entourage nous rappelle gentiment parfois que c’est bien de ne pas chercher à tout prix à devenir une star…