Le mail d’un copain

Posté par


L’autre jour, il faisait très beau, et un copain psychologue m’envoie un mail, pour parler de divers soucis de boulot, que nous avons à régler ensemble.
Puis, à la fin de son message, il décale légèrement le ton et élargit la focale au-delà de nos soucis :
“Et de toute façon, le plus important pour le moment est que le soleil est enfin là. Je vais aller désherber par-ci par là, pendant que Claudine plantera ses premiers bulbes. Une tourterelle tentera encore vainement de se reproduire avec la girouette de l’église, on entendra au loin le moteur d’un petit avion de tourisme, et tout sera parfait.”
Incroyable comment ces quelques lignes ont eu sur moi un impact apaisant. Je souris, je me lève pour regarder moi aussi par la fenêtre. Tout est bien, finalement, ces soucis ne sont que des soucis. En un instant, mon pote a ramené l’essentiel au-devant de notre échange : l’instant présent.

PS : le copain, c’est Jean-Louis Monestes, psychologue inventif.

Illustration : un souvenir de jeunesse, Le Café de la plage, de Régis Franc. Une BD qui parlait souvent de l’instant présent…